Fiat purifie son portefeuille en vendant son équipementier Magneti Marelli

Fiat Building

Avant sa mort, l’ancien patron du groupe Fiat Chrysler Automobile (FCA), Sergio Marchionne, avait décidé de « purifier » le portefeuille du groupe. L’une des étapes pour y arriver était la vente de l’une de ses filiales historiques : son équipementier Magneti Marelli.

C’est chose faite !

Son successeur, Michael Manley, n’a pas trainé pour finaliser l’opération lancée avant la mort de l’ancien patron de FCA.

Sous réserve de l’approbation des autorités de la concurrence, la vente devrait être bouclée début 2019 et rapporter 6,2 milliards d’euros au groupe. La filiale de FCA sera vendue au groupe japonais Calsonic Kansein, détenu par KKR – fonds d’investissement américain.

Création du 7e équipementier d’envergure mondiale

Magneti Marelli est un spécialiste de l’éclairage, des systèmes de transmission et des  équipements électroniques de pointe. C’est aussi une grande entreprise internationale avec plus de 40 000 employés dans 21 pays possédant plus de 85 usines et 14 centres de recherche. L’année dernière, l’équipementier avait réalisé 8,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

D’après Mike Manley, « cette association avec Calsonic Kansei est apparue comme une occasion idéale d’accélérer la croissance future de Magneti Marelli ». Dans un communiqué commun, les 3 entreprises ont ajouté que « la transaction représente une occasion unique pour combiner deux entreprises à succès, qui enregistrent à elles deux un chiffre d’affaires annuel de 15,2 milliards d’euros ». Le nouvel ensemble, baptisé Magneti Marelli-CK Holdings, pourrait devenir « le 7e fournisseur indépendant de composants automobiles au monde ».

Magneti Marelli CK Holdings sera dirigé par l’actuel PDG de Calsonic Kansei, Beda Bolzenius, qui a déclaré que « ces dernières années, notre industrie a traversé une période d’importants changements et la prochaine phase sera encore plus dynamique. Ensemble nous bénéficierons d’une présence géographique et de lignes de produits complémentaires ».

Quelles conséquences sur l’emploi en Italie ?

Alors que le siège social de Magneti Marelli est en Italie, de nombreux syndicats s’inquiètent de l’impact d’une telle vente sur les emplois du secteur.

Il y a une semaine, redoutant un impact négatif sur les effectifs de l’entreprise une fois celle-ci vendue, le syndicat métallurgiste italien Fiom avait demandé au gouvernement populiste d’intervenir dans ce projet de cession.

Hier, les réactions syndicales étaient plutôt positives puisque FCA s’est engagé dans un « partenariat de plusieurs années » avec la nouvelle entité, ce qui devrait maintenir le niveau de l’emploi dans les sites transalpins et du siège.

L’opération a été saluée en bourse car le titre termine en hausse de près de 3 %

L’opération a été saluée en bourse par un saut de 6 % en début d’après-midi – plus forte hausse de l’indice du secteur automobile européen qui ne gagnait que 0,85 % au même moment.

Les cours de FCA ont perdu un peu de momentum puisque le titre ne termine qu’à environ + 3 %. Malgré les risques de concurrence, les équipementiers européens ont également profité de la nouvelle comme Continental, Valeo, Faurecia, ou encore Plastic Omnium.

Les investisseurs semblent satisfaits du prix obtenu par la société. Cette vente va permettre de renforcer la trésorerie de FCA et qui sait, peut être pousser la société à des rachats d’actions. Cette opération rassure également les investisseurs quant à la capacité de la nouvelle direction à mener à bien des négociations et à conclure des accords fructueux.

Ne rien manquer

Discover what's moving the markets. Sign up for a daily update delivered to your inbox

Les Derniers Articles

Tout Voir

Développer Vos Connaissances

Tout Voir

Meilleures Promotions

Les Meilleurs Courtiers